June 10, 2021 | Nouvelles

Au cours de la dernière année, les travailleurs de la santé de première ligne ont apporté un soutien essentiel au secteur des soins de longue durée. Qu’il s’agisse de préposés aux services de soutien à la personne, de personnel infirmier, de professionnels paramédicaux ou de personnel de soutien, tous sont au service de nos résidents et de leurs proches.

Les effets dévastateurs de la pandémie de COVID-19 ont fait surgir des difficultés dans le secteur de la santé et ont mis en lumière la nécessité d’élargir les effectifs en santé. Fin 2020, le ministère des Soins de longue durée lançait à cet effet un appel pour prioriser l’éducation et le recrutement de travailleurs de la santé et afin d’ouvrir la voie à un avenir meilleur pour les travailleurs et les résidents des foyers de soins de longue durée.

Bruyere, La Cite and CLRI logosLa Cité a répondu à l’appel et s’est associée à la Résidence Saint-Louis de Bruyère pour mettre sur pied une classe vivante conçue pour accélérer la formation des nouveaux travailleurs de soutien à la personne dans la région. Le partenariat mise sur la culture d’apprentissage partagé et l’expérience concrète pour intégrer l’enseignement pratique directement en milieu de travail, soit dans les foyers de soins de longue durée, afin de favoriser le développement de la main-d’œuvre dans ce secteur. Les centres ontariens d’apprentissage, de recherche et d’innovation (CARI) en soins de longue durée ont joué un rôle essentiel dans la création de ce programme en offrant connaissances et expertise en vue d’améliorer la qualité de vie et des soins par le biais de la recherche appliquée, de l’éducation et de la formation.

« La Résidence Saint-Louis se réjouit de travailler avec La Cité et d’accueillir cette “ classe vivante ” francophone dans notre foyer », affirme Melissa Donskov, vice-présidente des programmes et des soins résidentiels et communautaires à Bruyère. « Apprendre auprès du personnel dans un foyer de soins de longue durée est une superbe façon de préparer les futurs préposés de services de soutien à la personne à commencer leur carrière. Pour nos héros en soins de longue durée, la venue de ces étudiants est une belle occasion de transmettre leurs connaissances et leur expertise et de les aider à se développer en début de carrière. »

Avec des dizaines d’étudiants inscrits dans le premier cours de formation de ce printemps, Bruyère s’attend à voir plus de vingt autres étudiants bénéficier d’une formation intégrée au milieu de travail avant la fin de l’été. Les étudiants ont la chance de mettre en pratique plusieurs techniques de base dans les soins en résidence, parmi lesquels l’aide à la mobilité et aux déplacements, et acquièrent des compétences directement auprès du personnel et pourront ensuite se lancer avec confiance dans leur nouvelle carrière. Dans cet environnement d’apprentissage expérientiel, les étudiants bénéficient du soutien du personnel de la Résidence Saint-Louis, qui a pris l’initiative d’encadrer les étudiants et d’appuyer le programme.

« C’est une bonne occasion pour les étudiants préposés aux bénéficiaires d’acquérir des connaissances utiles à la Résidence Saint Louis », affirme Jesule Balmir, étudiant de la première promotion. « Ce programme qui mène à l’obtention d’un certificat ouvrira la porte à d’autres formations connexes qui pourront être utiles à l’avenir. Nos professeures sont hautement qualifiées. Elles nous donnent une formation basée sur des années d’expérience afin de bien nous préparer au métier de préposé aux services de soutien personnel. »

Bien que la COVID-19 plane toujours au-dessus de nos têtes, l’élan de détermination et d’intérêt des membres du personnel envers la formation de la prochaine génération de travailleurs de la santé a été impressionnant. La réponse du personnel de la Résidence Saint-Louis pour favoriser un espace d’apprentissage intégré et compatissant montre une fois de plus que la générosité et la solidarité incroyables de nos équipes ne cessent de prendre de l’ampleur.

Students and instructor in the Living Classroom
« C’est un privilège que de pouvoir partager les connaissances que j’ai acquises au cours de ma carrière de 40 ans comme préposée. La classe vivante permet non seulement d’enseigner la théorie, mais aussi de pratiquer directement avec les étudiants et de confirmer que les différentes approches et méthodes ont été assimilées. Par exemple, quand on travaille avec un résident qui fait de la démence, il y a des trucs et astuces pour qui font que l’expérience sera meilleure pour le résident. Le fait de pouvoir directement leur transmettre ces différentes nuances est super!

J’adore mon expérience en tant qu’enseignante du laboratoire vivant à la Résidence Saint-Louis. On est en train de former la prochaine génération de préposés, ces gens de cœur qui font toute la différence, particulièrement auprès de nos résidents si vulnérables! »

– Monique Van Den Akerboom, préposée aux services de soutien à la personne

« C’est très motivant de relever ce défi en tant qu’enseignante de la classe vivante », nous dit Mireille Nduami, IAA à la Résidence Saint-Louis et ancienne étudiante à La Cité. « C’est une belle occasion d’apporter ma contribution pendant cette période si difficile où la demande en santé est vraiment prioritaire. En formant la prochaine génération, moi aussi je progresse et renforce mes connaissances. Je suis tellement reconnaissante de participer à ce programme novateur! »

« C’est vraiment un enseignement inspirant la vie entière. On a eu de très bons enseignants », se réjouit Hortense Mugandakazi Cikwanine, une autre étudiante au programme.

La Cite students practicing at the bedside
« Je trouve cette expérience très dynamique de par le fait que l’on interchange nos idées et expérimente les leçons théoriques à la pratique qui permet une assimilation plus directe et facile.

Il nous aidera à mieux comprendre le fonctionnement des patients, leur environnement physique et psychologique, à définir nos relations avec ces derniers et nos responsabilités à leurs égards.
J’ai appris à utiliser les différents outils nécessaires au confort et au déplacement des patients. J’ai aussi compris la meilleure attitude à avoir dépendamment de l’état du client pour faciliter et embellir son quotidien. »

– Nicole Bernisse Nkakanou Tchokotcheu, étudiante

Le modèle de partenariat de classe vivante a été instauré en Ontario conjointement par le Collège Conestoga, l’Institut de recherche sur le vieillissement Schlegel-UW et les villages Schlegel. Conestoga et l’Institut de recherche sur le vieillissement reçoivent l’appui des Centres d’apprentissage de recherche et d’innovation en soins de longue durée pour étendre leur modèle et aider au développement de la main d’œuvre en foyer de soins de longue durée.